Concept-Cal

J’aimerais tant oublier. Tout passer par-dessus bord. Etre libre. Vider cette mémoire malade. La nettoyer de toutes ses immondices. Mémoires. Souvenirs. Impressions. Croyances. Réalités confuses. Schizophrénie. Toujours ces visions des cales. Infâmes tortures dans ces prisons des mers. Complots avortés et suicides en masse. A trop vouloir se remémorer, le vomi vous revient à la bouche. Poissons séchés, grumeaux ou rien. Un tissu sur les reins, une humiliation qui vous oppresse. Aujourd’hui encore, le bruit négrier nous déchire. Ce mal de mer qui vous saisit la gorge. Et la tête.

 

 

VERSION RUE

Concept-Cal sera présenté à Aurillac les 23, 24, 25, 26 août à 14h dans le Square de la chapelle d’Aurinques
Ainsi qu’au Tetris le 18 Aout à 19h

 

Deux mémoires liées aux traites négrières sont arrivées à Aurillac.
Elles sont là, posées à deux endroits différents. A l’intérieur de chacune d’elle, un homme allongé. Dans l’une, un blanc. La personnification de la mémoire des marins, des équipages qui ont participé au déplacement de millions d’africains noirs entre le 16ème et 19ème siècle. Dans l’autre, un noir. La personnification de la mémoire des noirs africains exilés devenus esclaves durant cette même période. Ces deux mémoires n’ont pas disparu. Elles sont bien vivantes et se déplacent de villes en villes, de villages en villages. Elles ont l’apparence de bateaux coquilles de noix transparents ou de crânes ou bien de coquilles d’escargot. A l’intérieur de chacune d’elles, un homme qui, le plus souvent, reste allongé mais, qui, parfois, se relève, sort de cette enveloppe et la traîne jusqu’à un autre endroit. Cette vision fixe de la mémoire posée est déjà un spectacle en soi. Le fait qu’un des deux hommes-mémoires déplace son enveloppe jusqu’à un autre endroit en est un autre. Mais le point de départ de Concept-Cal version rue est la potentialité de la rencontre ou plus précisément de la confrontation de ces deux mémoires antagonistes. En effet, la mémoire noire a commencé à se mouvoir et arrive en l’endroit où va se dérouler le spectacle Concept-Cal version rue. Arrivée sur place, elle raconte aux spectateurs ce qu’elle a vécu. Elle est le réceptacle de plusieurs personnages : un africain à l’aube de sa captivité, un marchand d’esclaves, un prisonnier, un esclave, un prédicateur… L’on entend aussi parler de Moussa un personnage énigmatique. Les textes sont encrés de poésies et de récits. Les mots deviennent surréalistes parfois. Mais, la mémoire noire raconte au public, de manière singulière, les traites négrières. Cependant, au moment où la mémoire-noire a débuté son spectacle, la mémoire-blanche se met à se déplacer à son tour comme attirée par le spectacle. C’est ainsi que dans le cours du spectacle elle arrive à son tour. Elle assiste médusée au spectacle de son opposé. Puis, crée des brèches dans celui-ci en intervenant sèchement puis brutalement. Les deux mémoires s’opposent et se blessent avant de repartir chacune de leur côté.

 

Galerie Photos Presse

 

LIENS UTILES

Dossier de présentationTexte CAL Présentation générale du concept