Auteur Brown

Il y a treize ans, vous avez vu arriver sur votre seuil un esclave épuisé, qui avait fui les chaînes et les coups de fouet. J’étais un étranger et vous m’avez accueilli. J’avais faim, et vous m’avez nourri. J’étais nu et vous m’avez vêtu. L’esclavage m’avait refusé jusqu’à un nom par lequel me faire connaître des autres hommes. Vous m’avez fait don du vôtre. En vérité, je serais bien vil si je devais jamais oublier ce que je vous dois, ou faire quoi que ce soit qui entache ce nom que j’honore ! C’est en modeste gage de gratitude à mon premier bienfaiteur que je prends la liberté de vous dédicacer ce petit récit des souffrances que je fuyais lorsque vous m’avez pris en pitié. Il se peut que, parmi la multitude d’esclaves que vous avez secourus, vous m’ayez oublié ; en revanche je ne vous oublierai pas, sauf à oublier Dieu et moi-même.
Votre ami reconnaissant.
William Wells Brown

Aux Etats-Unis, en 1832, dans le Missouri, à Saint-Louis, Stanford, esclave métis travaille pour M.Walker. Son maître, le Docteur John YOUNG, qui est également son père, loue son domestique à ce marchand d’esclaves. Après plusieurs voyages avec M. Walker dans différents états tels l’Ohio, le Mississippi, la Louisiane, l’Indiana ou l’Illinois, Standford est de retour chez son père. Ce dernier lui demande de trouver un bon maître chez qui louer de nouveau ses services. Stanford, dont le véritable nom est William, profite de cette occasion pour prendre la fuite avec sa mère. Malheureusement, ils sont rattrapés et jetés en prison. Plus tard, William sera acheté par d’autres maîtres. En 1834, il fait une deuxième tentative en partant de Cincinnati. Lors de son périple, le fugitif rencontrera M. Wells BROWN, un quaker qui lui viendra en aide et lui donnera son nom. Ainsi, William deviendra William Wells BROWN et parviendra à se rendre à Cleveland, près du Canada. Quelques années plus tard, il racontera sa fuite et sa condition d’ancien esclave. C’est en 1847 qu’il terminera son ouvrage : LE RECIT DE WILLIAM WELLS BROWN ESCLAVE FUGITIF ECRIT PAR LUI-MEME. La pièce créée par la CJB est une adaptation de ce livre faisant partie du genre Récit d’esclave et participant à l’histoire de la littérature étasunienne.

 



LIENS UTILES

Dossier de présentationGalerie PhotosPresseAnnexe de Marie Jeanne Rossignol